Mis à jour le 16/10/2017
Informations
Tous droits réservés (informations).

Pour toutes questions ou demandes concernant ces photos ou vidéos, merci de nous contacter par mail (
informations).
Les vidéos (tous droits réservés) :

Tournoi Alain MARILLER 2015

Levallois prive Grabels du doublé


Vainqueur de la Coupe en 2014, le HB Grabellois n’est pas parvenu à réitérer la même performance. Les Franciliens du Levallois Sporting Club l’ont en effet emporté 28 à 23 (13-10).

Pour la seconde finale de la journée, le spectacle aura été au rendez-vous sous toutes ses formes. Tant dans les tribunes, où les supporters levalloisiens ont apporté leur folklore et une ambiance bon enfant de stade de foot, que sur les parquets avec des Grabellois à la coupe et aux habits de barjots. Côté jeu, ce sont les Levalloisiens qui rentraient le mieux dans la partie, emmenés par un intenable Fabrice Abokoun (1-3, 7e). Maladroits et sans jambes, les Grabellois voyaient même les Parisiens s’envoler (4-9, 15e). Mais Bertrand Reversat permettait aux siens de rester dans la partie, et de rentrer aux vestiaires avec un débours de trois buts (10-13, 30e). Un moindre mal.
Revenus avec de meilleures intentions, les partenaires de Franck Junillon parvenaient à refaire leur retard, et relançaient cette finale intense (15-16, 41e).

Cependant, les hommes de Laurent Puigségur n’arrivaient pas à franchir le cut, et courraient sans cesse après le score. Sanctionnés de nombreuses exclusions (5 en deuxième période), les hommes du Sud ont fini par s’épuiser. Et buter inlassablement sur le capitaine du LSC, Clément Piat (17 arrêts/35 tirs), qui ne se faisait pas prier pour lancer les contre-attaques (20-24, 56e). Auteur d’un turn-over sans faille, Fabrice Desbrueres pouvait savourer, alors que Mohamed Fenina concluait la marque (23-28). Pour le plus grand bonheur des supporters parisiens, très en vus et surveillés de près par la sécurité de l’AccorHotels Arena.


DÉCLARATIONS :

Arnaud Auterives (capitaine Grabels) : On a pris le match par le mauvais bout. Je pense qu’il y avait beaucoup de sentiments dès le départ. A chaque fois on se dit qu’il faut rentrer dans le match, mais au final l’émotion reprend le dessus. Et on manque toute la première mi-temps. En deuxième, on revient, mais on perd trop de ballons, et on rate de nombreux tirs. C’est frustrant de ne pas avoir évolué à notre niveau.

Laurent Puigségur (entraîneur Grabels) : Je savais que la prise en compte de l’événement était la clé. Est-ce qu’on allait être acteur ou spectateur du match ? On a été spectateur en première, et acteur en seconde. Ce n’est pas handballistiquement que cela s’est joué, mais sur le plan mental. Et là-dessus, je ne pouvais pas intervenir.

Clément Piat (capitaine Levallois) : On s’était dit que l’on ne devait faire aucun complexe et jouer sans prendre en considération le fait d’avoir deux ex-internationaux en face. Cela nous a porté chance. D’autant plus que le soutien de notre public a été déterminant. Ça nous a transcendés.

Fabrice Desbrueres (entraineur Levallois) : C’est fabuleux, ce qui nous arrive. Nous n’en menions pas large avant la rencontre face à cette équipe expérimentée du sud, vainqueur de la Coupe de France en 2014. Nous on a apporté notre mixité entre jeunes et anciens. On savait que c’était à 14 que l’on allait remporter cette rencontre. C’est ce qui est arrivé. On est très fier et très heureux pour le club et pour toute la ville...

Samedi 27 mai 2017 à 12h00 : Grabels HB (34) - Levallois Sporting Club HB (92) : 23-18 (10-13)
Arbitres : Jimmy DROILLARD et Quentin LOUER - Spectateurs : 1200

GRABELS HB :

Gardiens : Bertrand REVERSAT (18 arrêts) - William BOYE - Joueurs : Arnaud AUTERIVES (1/3) - Laurent LATCHOUMANIN (4/9) - Franck ALDEBERT - Hicham EL OUARAINI (1/1) - Loïc TEYSSIER (4/10) - Samuel LE METOUR (1/1) - Abdelaziz GHOUAMLA (2/5) - Florent BOUALI (1/4) - Pascal PALAU (2/6) - Franck JUNILLON (7/14) - Léo ZOZOR - Renaud BOULANGER (0/1) - LE STAFF : Romain MASSEI (entraîneur), Laurent PUIGSEGUR (entraîneur-adjoint), Éric LAMEYRE (kiné).


LEVALLOIS SPORTING CLUB HB :

Gardiens : Clément PIAT (17 arrêts), Amine HAJ MABROUK (2 arrêts) - Joueurs :  Grégory CHAYRIGUES (0/1) - Antoine SENIA-TOULLEC (5/7) - Nicolas SOUTHAREWSKY (2/6) - Maxime CROGUENNEC (1/2) - Nicolas CHAYRIGUES (1/2) – Joao RODRIGUES - Mohamed FENINA (3/4) - Louis MENARD (2/2) - Rachid HOUASNI (8/10) - Fabrice ABOKOUN (6/13) - Zindine LAKHDAR (0/1) - Raphaël BENAYOUN (0/1) - LE STAFF : Fabrice DESBRUERES (officiel responsable), Benjamin BENAYOUN (officiel), Ibrahima TAMBA (préparateur).


PALMARÈS

- 2016-2017 : Levallois Sporting Club HB
- 2015-2016 : HBS Cassis Carnoux Roquefort la Bédoule
- 2014-2015 : HBC Gan
- 2013-2014 : Handball Club Grabellois
- 2012-2013 : HBC du Loing
- 2011-2012 : Courbevoie HB
- 2010-2011 : Palaja Passion HB
- 2009-2010 : Laetitia Nantes

© www.ff-handball.org

CDF dép. M : Levallois du plus fort


Résumé de la finale de Coupe de France départementale masculine.


Plus homogènes, plus vaillants, plus forts tout simplement, les Levalloisiens ont remporté la Coupe de France devant Grabels (29-23), pourtant déjà vainqueur en 2014. Après trois ans dans le Sud, la Coupe départementale revient en région parisienne.
Ils étaient, sur le papier, les plus attendus. Avec leur victoire en Coupe de France départementale en 2014, leur parcours cette saison (avec notamment une victoire 21-20 en 8es de finale sur Cassis, vainqueur sortant), et deux têtes d'affiche comme Franck Junillon (arrière gauche) et Laurent Puigségur (coach) dans leurs rangs, les joueurs du HBC Grabels rêvaient d'un doublé, ce que seul Guilherand Granges a réussi (2015 et 2016, en régionale masculine). C'est manqué. Car samedi, ils sont tombés sur un Levallois supérieur dans beaucoup de domaines, qui l'a emporté sans vraiment trembler malgré un suspense relancé en début de seconde période (23-28 au final).

A l'expérience adverse, les Levalloisiens ont opposé la force de leur collectif, en particulier en défense. Après un début équilibré (2-3 pour Levallois, 7e), chaque attaque est devenue un calvaire pour Grabels. Pas de solution en pivot, un secteur central adverse grand et dense, et des ailiers pas en réussite devant un excellent Clément Piat. Dès que les Franciliens mettaient en route, leurs contre-attaques faisaient mouche, souvent conclues par un très bon Fabrice Abokoun, et les quasi-locaux s'échappaient (4-10, 19e). Franck Junillon, double champion du monde avec les Bleus (2009, 2011), prenait même un pastis, comble du calvaire des Sudistes. Un temps mort de Laurent Puigségur permettait néanmoins à son équipe de stopper l'hémorragie, et même de combler une partie du retard (8-11, 25e), sauvé par un Bertrand Reversat énorme dans ses cages (18 arrêts au total).
Par ses arrêts, et alors que ses coéquipiers se mettaient à courir sur le champ, le gardien impulsait la rébellion grabéloise. Une balle de -1 était manquée avant la pause (10-13 au repos), mais le retour des lauréats 2014 se faisait sentir à la reprise (15-16, 40e). Après une balle d'égalisation manquée, c'est pourtant Levallois qui restait bien aux commandes. Rachid Houasni (8 buts) , en puissance à l'arrière gauche, ou Antoine Senia (5 buts), en finesse sur son aile droite ou en conclusion d'une belle entrée en pivot, remettaient le LSC aux commandes avec un avantage appréciable (17-21, 50e).
Junillon refusait de baisser les bras et ramenait encore les siens (19-21, 51e) et Grabels avait une nouvelle occasion de revenir à un but. Sauvée par Piat, solide de bout en bout (17 arrêts à 49%). Sur l'action suivante, les Levalloisiens obtenaient un pénalty et se retrouvaient en supériorité numérique pour deux minutes, le temps de passer un 3-0 (19-24). Un écart cette fois insurmontable, et la fin de match débridée ne changeait rien. Quatre ans après le HBC du Loing, club de Nemours (Seine-et-Marne), une équipe francilienne triomphe à nouveau en Coupe de France départementale masculine. Logiquement.

Les Réactions

Franck Junillon (Grabels) : Pas de bis, vraiment déçus, on n’a pas su lâcher les chevaux surtout en première mi-temps. Ça n’enlève rien à la performance de Levallois, ils jouent très bien au ballon, ils ont parfaitement su d’adapter à notre stress et notre difficulté à aborder l’événement. Avec leur gardien qui nous a bien croqué et qui est très bon, il nous a mis la tête dans le seau même si on trouvait les solutions et on a tout remis en question alors qu’il n’y avait pas grand-chose à remettre en question, juste mettre les ballons au fond. Les occasions on les avait. La balle du 21 partout nous fait très mal, après c’est foutu, ils repartent… Mais c’est encore une super saison, une belle aventure. On n’a pas envie d’aller voir en région, les déplacements sont trop longs, les familles ne sont trop pour !

Fabrice Abokoun (Levallois) : On n’avait pas de vidéo sur eux, pas d’infos. On a essayé de défendre fort car avec la stricte sur moi au bout de 15 minutes. On a réussi à s’adapter et là je tire un vrai coup de chapeau au reste du groupe, car même si on avait travaillé la possibilité de cette stricte, elle était très bien faite et on n’arrivait pas à passer outre. Après on a eu un gardien énorme et heureusement face à cette équipe qui joue vraiment bien au ballon. On avait affaire à deux équipes qui sont très fortes en attaque, et au final c’est les défenses qui ont supporté le poids du match. On a groupe qui vit vraiment bien, un mix entre les anciens et les jeunes, cette victoire clôture une saison magnifique ! On monte en région, on a des joueurs qui veulent rejoindre l’aventure et on va tenter de se projeter pour aller plus haut dans les saisons à venir, vers la Prenat ou la Nationale.












© www.handzone.net